Place de l'Avenir

Nouveau spectacle !

"Place de l'Avenir"


du Théâtre de la Communauté de Seraing

en collaboration avec le Centre Culturel de Seraing et la compagnie "Les Papillons"

 

Mise en scène et écriture : Claire Vienne
Jeu : Mauricette Mercier, Marie Vienne,  Burton Vincent, Roberto Falletta
Scénographie :  Daniel Lesage
Création sonore : Daniel Classens, Gilles Tossings
Création vidéo : Lancelot Duché, Gilles Tossings
Régie lumière : Lancelot Duché
Régie son : Gilles Tossings
Régie C.C. : Joseph Bovino
Couturière : Michèle Martin
Production : Roxane Stubbe, Malou Mahy
Administration: Victoria Adamova

 

C’est l’histoire de Seraing,
Des  témoins du quotidien racontent.
Des  personnages, des géants en fait,
magnifiques, forts, dé-pétrifiés pour témoigner.

 

« Place de l’Avenir » est un spectacle qui par des touches de clair-obscur va rendre hommage aux invisibles de Seraing, va révéler leurs fiertés, leurs passions, leurs rêves, leurs résistances et leurs résiliences.
Le lieu du témoignage, l’espace scénique est  une grande place, la Place de l’Avenir, qui est la place centrale de Seraing.

 

Cette place peut faire penser à une immense salle d’attente,
un hall de gare ou d’aéroport, on y parle toutes les langues et aucune à la fois.Une inauguration doit avoir lieu, 4 personnages attendent dans cette salle-place, Stéfania Moreno, Annabelle, Maurice et  Billy …
vont vous raconter leurs histoires tues, cachées.
Avec en toile de fond comme un personnage géant caché mais présent, les hauts fourneaux démantelés, les fils barbelés sur la friche industrielle du bassin sidérurgique liégeois.

 

100 ans d’histoires datées et situées dans les quartiers de Seraing sont traversés au pas cadencé.
On y évoque les soldats de la guerre 14-18 affamés dans les bois du Val… banalités.
La fuite et l’exil des peuples… banalités.
La maladie, les morts, les mariages, les désunions… banalités.
Les solidarités, le soutien des uns vis-à-vis des autres dans les peines… banalités.

 

Les témoignages se font aussi par des personnages secondaires qui content leurs réalités, c’est par la bouche du fils que nous apprendrons le dénouement du récit.
C’est par la bouche de la mère d’Annabelle que nous découvrirons un voyage extraordinaire sur une croisière.
Et c’est Maurice qui s’adressant aux cieux voudrait tant dire quelque chose à son père, lui dire que son sacrifice n’a pas été en vain, qu’il peut être fier de lui et de ses petits enfants,…

 

C’est un spectacle qui avec force, poésie et humour met les projeteurs sur nos  « banalités » rendues joyaux.
C’est un spectacle coup de poing qui questionne, interpelle, touche,
afin de bousculer nos pensées,  nos préjugés, nos certitudes et nous faire rêver.